Turismo online

L'Hôtel Les Jardins de la Koutoubia

Autore: Cinzia Pierantonelli
Lingue: Francese
Traduit de l'italien par Amélie Ragot.
“Le plus important dans la vie est d’avoir son propre chez-soi : comment pourrait-on concevoir le ciel sans la terre?”,  proverbe marocain.
A Marrakech, il est surprenant de constater comment des rues insignifiantes et parfois si pauvres, peuvent mener au coeur de riches édifices, construits avec tant de faste. C’est le goût arabe, parfois excessif, qui se manifeste dans le choix de décorations précieuses et redondantes. Et c’est ce goût même qui, faisant fi de toute sobriété, revêt pour nous Occidentaux le charme de l’exotique. L’une de ces rues délabrées et instables conduit à l’hôtel de la Koutoubia, à deux pas du célèbre souk, le marché de la Médine, où l’on négocie de tout mais n’achète quoi que ce soit que si muni de grande patience : au Maroc, aucun vendeur ne propose le prix auquel la marchandise pourra en réalité être échangée.
“C’était une vieille bâtisse, un de ces palais de pierre, fossilisé par l’invisible pluie de sable qui tombe en permanence sur la ville…” (Sélim Nassib).
Le Riad est une habitation typique du Maroc, constituée de pièces donnant sur un patio luxuriant et rafraîchissant. De manière générale, un Riad est investi par des familles de diverses origines. Cependant, 30 à 40 personnes vivant seules peuvent également habiter un Riad. Le Riad Ouarzazi date du XIII siècle et hébergeait, il y a quelques années encore, une famille nombreuse. Aujourd’hui, il est devenu un hôtel à cinq étoiles, un établissement français de luxe agencé par un décorateur français également, qui s’est pleinement imprégné de l’atmosphère du lieu pour créer un environnement sophistiqué, qui exprime en même temps un lien avec le lieu et ses origines. Pour ce faire, il eut recours à des lustres reproduits d’après les esquisses d’objets d’artisanat local, à de lourds tissus de coton écru,à des tapis berbères en laine et des lumières tamisées qui éclipseraient presque les meubles modernes complétant le décors. Les couleurs choisies sont celles de Marrakech, le doré et l’ocre du sable du désert, et le pourpre et l’orange rappelant le coucher de soleil. Deux ans seulement après son inauguration, l’hôtel est déjà devenu un symbole particulier de la ville, grâce au caractère intime et accueillant qui dégage de ses 73 chambres et suites, toutes climatisées et donnant sur le porche intérieur où se découpe une vaste piscine. Il ressort de l’hôtel un luxe sobre et retenu qui ne refuse cependant aucun confort aux clients les plus exigeants. Chacun d’eux verra sa requête exaucée, qu’il aime se relaxer dans le bain turc ou le sauna, ou bien profiter de la fraîcheur tardive pour un dîner aux chandelles au bord de la piscine, ou sur la terrasse surplombant la vieille ville. Face à cette terrasse s’élève la Koutoubia, le minaret le plus antique du Maroc qui se détache à l’entrée de la Médine, symbole de Marrakech. Le Maroc est renommé pour sa cuisine et dans cet hôtel, les quatre différents points de restauration, situés sur les terrasses dominant la vieille ville et dans les salles du rez-de-chaussée ou du patio, font étalage de gastronomie raffinée, proposant une cuisine typique, aussi bien que des plats internationaux pour les palais moins sujets à l’expérimentation des saveurs.
Cinzia Pierantonelli
Stampa la pagina