Turismo online

Reggio Emilia - L'italien pour les étrangers

Autore: Cinzia Pierantonelli
Lingue: Francese
Traduit de l'italien par Amélie Ragot.
Dans la ville de Reggio Emilia, l’association „Reggio Children” (http://zerosei.comune.re.it/inter/reggiochildren.htm) a été fondée en 1994 comme société dirigée vers la promotion de nouvelles méthodes didactiques appliquées à la petite enfance, méthodes qui avaient été inaugurées pendant l’après-guerre par le pédagogue Malaguzzi. La revue américaine Newsweek avait déjà dédié un article à Reggio Emilia, la définissant comme « la ville où l’école maternelle y est la plus innovatrice au monde », suite auquel celle-ci est immédiatement devenue un pôle d’attraction au niveau international parmi les experts et chercheurs dans le secteur de l’éducation. A partir de ce moment, des spécialistes se sont déplacés du monde entier afin d’examiner, étudier et suivre ce modèle d’enseignement, basé principalement sur le respect des tout-petits, l’esprit de collaboration entre la famille et l’école, l’abattage des barrières entre adulte et enfant et la libre expression de la créativité. C’est Malaguzzi également qui écrivait que l’enfant naît avec une prédisposition de parler cent langues, quatre-vingt-dix-neuf d’entre elles lui étant subtilisées, et que l’école et l’environnement qui l’entourent l’amènent à séparer son corps de son esprit. Les systèmes éducatifs doivent donc tendre vers une réévaluation du patrimoine intrinsèque de chaque individu. Cet enseignement à été cultivé par de nombreux habitants de la ville de Reggio Emilia, et appliqué à la réalité du monde du travail. Reggio est également un centre où l’immigration, et donc la scolarisation des différents groupes ethniques, est extrêmement élevée. Environ 14% des enfants ont au moins un parent étranger. La question de la communication interculturelle y est traitée avec la plus grande attention.
Paola et Daniela, deux enseignantes à Reggio (www.reggiolingua.it), convaincues que la ville présente de forts potentiels, se sont lancées dans un défi aux grandes réalités métropolitaines, encourageant l’apprentissage de l’italien pour les étrangers par le biais de méthodes alternatives. « Nous disposons d’un paysage humain d’une beauté exceptionnelle, constatée déjà de l’époque de Mathilde de Canossa, dont les médiateurs culturels veillaient constamment à valoriser notre patrimoine artistique et notre culture, et nous sommes certaines que même dans un lieu confiné comme l’est Reggio, les étrangers peuvent trouver des sources de motivation intéressantes pour apprendre l’italien tout en s’amusant. Comment est-ce possible ? Par exemple en s’initiant aux secrets de la cuisine locale directement au sein d’une famille, avec l’aide de femmes au foyer exercées, ou en proposant des itinéraires artistiques. » Tous, jeunes et moins jeunes, sont invités à apprécier l’environnement de détente qu’offrent les nombreux centres de tourisme rural (www.fattoriadelgolf.it; www.cavazzone.itg.braidi@libero.it; il Ginepro, tel. 0522611088, situé sous la pierre de Bismantova; le Bed&Breakfast alcani@tin.it;) aux confins de la ville, là où les vacances deviennent également un moyen de s’adonner aux activités de la campagne, aux sports tels que le golf (info@sanvalentino.it; golfcanossa@inwind.it), ou de découvrir le paysage naturel des collines environnantes en randonnées. Il convient de mentionner, tout aussi riche, le panorama culturel proposé par le centre citadin, un lieu aujourd’hui multiethnique et très ouvert sur la découverte de nouvelles expressions artistiques.
Cinzia Pierantonelli
Stampa la pagina