Turismo online

Shanghai, perle d'Orient

Autore: Cinzia Pierantonelli
Lingue: Francese
Traduit de l'italien par Amélie Ragot
Shanghai, huitième merveille du monde, est scindée en son centre par le fleuve Huangpu, sur lequel se jettent deux ponts sans fin. Partons ensemble à sa découverte. Nul n’ignore que la Chine est le pays le plus peuplé au monde. Pourtant, nul ne peut réprimer son étonnement lorsqu’une fois l’avion posé, l’on se retrouve effectivement mêlé à une foule de seize millions de personnes qui, telles une fourmilière, grouillent bien que de manière tout à fait ordonnée le long des rues d’une ville d’une propreté extrême, une affluence qui n’a rien à envier au Caire ou à Mexico. Notre guide, qui semble d’origine nord-américaine, nous conduit lentement mais sûrement  à travers les immenses artères de la ville, qui laissent à leurs flancs d’imposants gratte-ciels récemment élevés. La Perle d’Orient, la tour de télévision, se détache du lot avec ses 468 mètres de haut, constituant ainsi la plus haute tour d’Asie. Une fois l’avion posé sur la piste du spectaculaire aéroport de Pudong, inauguré en 1999 sur le projet de Paul Andreu, l’architecte de nombreuses aérogares parmi lesquelles celle de Roissy-Charles de Gaulle à Paris, la gracieuse structure de l’aéroport, telle une mouette planant au-dessus de l’eau, les ailes déployées, se détache dans les premières lueurs du crépuscule. La luminosité du hall d’accueil imprime le fort caractère empreint d’orgueil d’une architecture urbaine d’avant-garde. En réalité, il semble que la Chine constitue un territoire extrêmement fécond pour les évolutions technologiques occidentales. Prenons-en pour preuve le train à lévitation magnétique de Shanghai. Qui sait si ce sont les Allemands qui ont choisi d’impliquer les Chinois dans la réalisation du projet du train à lévitation magnétique, le Maglev Transrapid, ou si au contraire l’initiative est venue des Chinois qui souhaitaient conférer à leur train une touche évidente de modernité. Toujours est-il que ce train ultra rapide a vu le jour l’an passé et est opérationnel de 8:30 à 17:30, avec des départs toutes les vingt minutes. Sept minutes et vingt secondes suffisent au train pour parcourir à une vitesse éclair atteignant 431 km/h, les trente kilomètres séparant l’aéroport de Pudong à la ville de Shanghai, en passant par la gare de Longyang reliée aux lignes de métro. Durant le trajet, les passagers, confortablement assis dans l’un des quinze wagons, ne perçoivent aucunement le mouvement fulgurant de ce train suspendu au-dessus de la voie.
Stampa la pagina